Étude de cas en pathologie clinique : Démodécie chez un chien

 

Informations contextuelles

Age : 1 an
Sexe : femelle châtrée
Espèce : canin
Race : chien de grande race
Anamnèse :  lésions cutanées (voir ci-dessous)

Signes cliniques

  • Un chien d'un an s'est présenté pour de multiples lésions cutanées pruritiques : érythème, macules, papules et pustules.
  • L’image affichée sur cette page provient d’un grattage d’une de ces lésions (objectif 20X).

Description cytologique et interprétation

À l’examen microscopique du grattage cutané, on note de nombreuses mites compatibles avec Demodex spp., ainsi qu’une population inflammatoire mixte. Cette dernière est principalement composée de neutrophiles et de macrophages, avec un faible nombre d’éosinophiles.

Interprétation : Démodécie

 

Discussion

Les mites de Demodex canis sont des habitants normaux des follicules pileux chez le chien. Cependant, ces mites ne sont généralement pas observées lors de grattages cutanés chez les chiens normaux. Par conséquent, la présence de nombreuses mites est compatible avec une démodécie. Une pyodermite bactérienne secondaire est aussi présente; il s’agit d’une complication fréquente chez les patients atteints de démodécie.

La démodécie est une dermatose fréquente chez le chien. Elle peut être localisée ou généralisée. La forme localisée survient principalement chez les jeunes animaux et elle est habituellement auto-limitante, bien qu’un traitement soit souvent nécessaire lorsque la condition affecte les canaux des oreilles (même si les lésions sont limitées à ce site). La forme généralisée de démodécie juvénile semble avoir une composante génétique. On présume qu’elle pourrait être due à une dysfonction du système immunitaire, puisque certaines races semblent être plus susceptibles, telle que le Shar-pei. Dans la plupart des cas, la démodécie généralisée juvénile nécessite un traitement, quoiqu’elle puisse être auto-limitante chez certains jeunes chiens (âgés de moins d’un an) lorsque la condition est légère. 

La démodécie adulte est moins fréquente que la forme juvénile et elle ne semble pas associée à des races particulières. Elle est habituellement généralisée, souvent plus sévère que la forme juvénile, et nécessite un traitement. Le développement de démodécie à l’âge adulte peut être associé à de nombreuses maladies systémiques (e.g. hypothyroïdie, hyperadrénocorticisme) ou à une immunosuppression. On ne sait toutefois pas si la surcroissance des mites est un effet direct de la maladie concomitante.

Pour diagnostiquer la démodécie, les échantillons de choix sont des grattages cutanés en profondeur. Il peut être utile de pincer la peau avant le prélèvement afin de faire sortir les mites des follicules pileux. On observe surtout des mites adultes à 8 pattes, mais on peut aussi parfois retrouver des nymphes à 8 pattes, des larves à 6 pattes et/ou des oeufs.
 

À propos de l'auteur

Brittney Fierro, DVM, DACVP

Après avoir obtenu son diplôme de la Colorado State University en 2008, Dre Fierro a complété une résidence en pathologie clinique au Michigan State University où elle a reçu sa certification de l’ACVP. Elle s’est jointe au laboratoire d’IDEXX à Johannesburg en Afrique du Sud et par la suite, a été transférée au laboratoire d’IDEXX en Colombie-Britannique en 2014. Dre Fierro habite avec son époux et leurs deux chats.

Si vous avez des questions au sujet de ce cas ou vous souhaitez discuter du diagnostic, n’hésitez pas de communiquer avec l'auteur.

Consultez les études de cas en pathologie clinique
 

Nouveau : Hyperplasie mammaire fibro-épithéliale chez une jeune chatte par Emmeline Tan, DVM, DVSc, DACVP

Blastomycose chez un chien par Julie Webb, DVM, DACVP

Cryptococcose chez un chien par Carrie Flint, DVM, DACVP

Démodécie chez un chien par Brittney Fierro, DVM, DACVP

Hyperglobulinémie sévère chez un chien par Sébastien Overvelde, DVM, MSc, DACVP

Microdysplasie vasculaire chez une chien par Cathy Monteith DVM, MVSc, DACVP

Mycobactériose cutanée (lèpre) chez un chat par Natalie Kowalewich, DVM, DACVP

Péritonite infectieuse féline chez un chat par Heidi Peta DVM, MVSc, DACVP

Références :

  1. Ginn PE, JEKL Mansell et PM Rakich. Jubb, Kennedy and Palmer’s Pathology of Domestic Animals, Volume 1, 5e éd. Philadelphia: Saunders Elsevier 2007. Chapitre 5, Skin and appendages: Demodectic mange, pp. 724-727.
  2. Miller WH, CE Griffin et KL Campbell, Éds. Muller and Kirk’s Small Animal Dermatology, 7e éd. St-Louis: Saunders Elsevier 2013. Chapitre 6, Parasitic skin disease: Canine demodicosis, pp. 304-313.
  3. Tater KC et AP Patterson. Canine and feline demodicosis. DVM 360 Magazine, 1er août 2008.

 

Tous les cas ont été suscités par des soumissions aux pathologistes d’IDEXX Canada à leur laboratoire régional.

Dans le but de protéger la confidentialité de nos clients et de leurs patients, les informations contextuelles de nos études sont  légèrement modifiées.