Étude de cas en pathologie clinique : Mycobactériose cutanée (lèpre) chez un chat

 

Informations contextuelles

Age : 17 ans
Sexe : femelle
Espèce : félin
Race : chatte domestique à poil court
Amammése : lésion cutanée 

Signes cliniques

  • Depuis au moins 6 mois, une lésion cutanée bien délimitée, non-ulcérée, alopécique, mesurant 1.0 X 1.5 X 1.0cm est présente sur le front de la patiente.
  • Cette dernière ne démontre aucun autre signe clinique. 
    .

Aspiration à l’aiguille fine d’une nodule cutanée

Description microscopique et Interprétation cytologique

La majorité des cellules nucléées sont des leucocytes formant une population hétérogène. Il s’agit de neutrophiles non-dégénérés et de macrophages vacuolés, avec un plus faible nombre de lymphocytes matures. Plusieurs macrophages contiennent de nombreuses petites structures à coloration négative en forme de bâtonnet.

Interprétation : Inflammation pyogranulomateuse avec organismes intracellulaires compatibles avec Mycobacterium sp.

 

Procédures diagnostiques supplémentaires

Une coloration acido-alcoolo-résistante (acid-fast) a été effectuée. Elle s’est avérée positive, confirmant que les structures à coloration négative sont des Mycobacterium sp.

 

Discussion

Les bactéries à coloration négatives sont compatibles avec Mycobacterium sp. Plusieurs espèces de mycobactérie peuvent affecter les animaux et trois manifestations différentes peuvent survenir :

  1. La tuberculose : granulomes internes;
  2. La lèpre : granulomes cutanés;
  3. Les infections atypiques/opportunistes : lésions ulcérées multinodulaires dans les tissus sous-cutanés, faisant souvent suite à l’infection d’une plaie.

Dans ce cas-ci, la présentation est surtout compatible avec la lèpre.

La plupart des cas de lèpre féline sont associés à Mycobacterium lepraemurium qui cause la formation d’un ou de plusieurs granulomes au niveau cutané ou sous-cutané, souvent sur la tête ou sur les membres antérieurs. Les sources d’infection incluent une morsure de rongeur, des piqûres d’insecte et la contamination environnementale d’une plaie. Une lymphadénopathie régionale peut survenir dans les stades plus avancés de la maladie, mais les atteintes systémiques sont rares. La lèpre féline n’est généralement pas considérée comme étant zoonotique. 

Le diagnostic de la lèpre féline requiert habituellement l’identification microscopique des organismes Mycobacterium sp. sur des aspirations, des impressions ou des biopsies des tissus infectés. Une inflammation pyogranulomateuse accompagne généralement les bactéries. Celles-ci peut être présentes en nombre variable et, lorsqu’elles sont très peu nombreuses, une coloration acido-acoolo-résistante (acid fast, ou Ziehl-Neelsen) peut être utile afin de les mettre en évidence. La culture des mycobactéries à partir de biopsies ou d’aspirations est moins sensible, puisque leur croissance est souvent fastidieuse et très lente. Le test diagnostique de choix pour préciser l’espèce de mycobactérie en cause est le PCR.

L’excision chirurgicale des nodules de lèpre féline n’est pas toujours curative; par conséquent, une antibiothérapie concomitante est recommandée. Le pronostic à long terme est favorable pour la plupart des chats diagnostiqués avec la lèpre.

.

À propos de l'auteur

Natalie Kowalewich, DVM, DACVP

Dre Kowalewich a obtenu son DMV du Western College of Veterinary Medicine en 1988. Elle a ensuite complété un internat ainsi qu’une résidence en médecine interne des animaux de compagnie au Purdue University. En 1992, elle reçoit sa certification de l’American College of Veterinary Internal Medicine. Pendant sept ans, Dre Kowalewich a dirigé son propre service de consultation en médecine interne et a été la propriétaire d’une unité d’iode radioactif. Elle travaille à notre laboratoire de la Colombie-Britannique depuis 13 ans et a reçu sa certification de l’ACVP en 2008.

Dre Kowalewich adore habiter sur la Côte Ouest avec sa filette et son chat. Dans ses temps libres, elle aime cuisiner, skier et pratiquer le hockey.

Si vous avez des questions au sujet de ce cas ou vous souhaitez discuter du diagnostic, n’hésitez pas de communiquer avec l'auteur.

Consultez les études de cas en pathologie clinique
 

Nouveau Anaplasmose chez un chien par Julie Webb, DVM, DACVP

Blastomycose chez un chien par Julie Webb, DVM, DACVP

Cryptococcose chez un chien par Carrie Flint, DVM, DACVP

Démodécie chez un chien par Brittney Fierro, DVM, DACVP

Hyperplasie mammaire fibro-épithéliale chez une jeune chatte par Emmeline Tan, DVM, DVSc, DACVP

Hyperglobulinémie sévère chez un chien par Sébastien Overvelde, DVM, MSc, DACVP

Microdysplasie vasculaire chez une chien par Cathy Monteith DVM, MVSc, DACVP

Mycobactériose cutanée (lèpre) chez un chat par Natalie Kowalewich, DVM, DACVP

Péritonite infectieuse féline chez un chat par Heidi Peta DVM, MVSc, DACVP


Tous les cas ont été suscités par des soumissions aux pathologistes d’IDEXX Canada à leur laboratoire régional.

Dans le but de protéger la confidentialité de nos clients et de leurs patients, les informations contextuelles de nos études sont  légèrement modifiées.

 

Référence :

Feline leprosy due to Mycobacterium lepraemurium.  O'Brien CR, Malik R, Globan M, et al.  J Feline Med Surg. 2017 Juil;19(7):737-746.